Quantcast

Extraits d'Osho sur l'amour

Extraits d'Osho sur l'amour

 
L’amour est la nourriture
 
« Ta question est : ‘Peux-tu parler de l’art de se nourrir soi-même avec l’amour?’ Un tel art n’existe pas, parce qu’il n’y aucun effort à faire. L’amour est la nourriture. Mais l’humanité a été tellement trompée par ses dirigeants, que personne ne connait les espaces les plus intimes de son être. L’amour en soi est la nourriture. Plus tu aimes, plus tu trouveras des espaces plus profonds d’où l’amour naît sans cesse et s’élargit autour de toi comme une aura.
 
Ce genre d’amour n’a pourtant été autorisé par aucune culture. Elles ont repoussé l’amour dans un tunnel bien étroit: tu peux aimer ta femme, ta femme peux t’aimer ; tu peux aimer tes enfants, tu peux aimer tes parents, tu peux aimer tes amis. Et elles ont profondément enraciné deux choses dans l’être humain. La première, c’est que l’amour est quelque chose de très limité – pour les amis, la famille, les enfants, le mari, la femme. Et la deuxième, c’est qu’elles ont déterminé qu’il y avait plusieurs genres d’amour.
Tu aimes d’une façon quand tu aimes ton mari ou ta femme ; et tu dois aimer d’une autre façon tes enfants, et autrement encore tes anciens, ta famille, tes professeurs, et puis d’une autre façon tes amis. La vérité pourtant est que l’amour ne se laisse pas classer en catégories comme il l’a été pendant toute l’histoire de l’humanité. Ces cultures ont eu leurs raisons pour répartir ainsi l’amour, mais ces raisons sont laides et inhumaines, parce qu’à travers ces divisions elles ont tué l’amour...
 
La raison pour laquelle toutes les civilisations ont insisté pour le diviser, c’est qu’elles ont très peur de l’amour, et que s’il y a un amour existentiel, alors cet amour ne connait pas de frontières – alors tu ne peux plus dresser les Hindous contre les Musulmans, ni les Protestants contre les Catholiques. Et puis tu ne peux pas te limiter en disant que tu ne peux pas aimer cette personne parce qu’elle est juive, chinoise. Les dirigeants de ce monde voulaient le diviser, mais pour diviser le monde, ils ont dû procéder à une division fondamentale, celle de l’amour. »
 
Osho, Om Mani Padme Hum: The Sound of Silence, the Diamond in the Lotus, Talk #20
Pour continuer à lire en anglais, cliquez ici.
 
 
Les sentiments ne sont pas en pierre, ils sont semblables aux fleurs du rosier
 
« Dans l’être humain il y a trois niveaux : celui de sa physiologie, de son corps, celui de sa psychologie, de son mental, et celui de son être, son soi éternel.
 
L’amour peut exister sur ces trois niveaux, ses qualités pourtant seront différentes. Au niveau de la physiologie, du corps, il n’est que sexualité. Tu peux l’appeler amour. Parce que le mot amour a l’air poétique, joli. Quatre-vingt-dix-neuf pour cent des gens appellent leur sexualité amour. Le sexe est biologique, physiologique. Ta chimie, tes hormones – tout ce qui est physique y est impliqué…
 
Seuls un pour cent des gens connaissent un peu plus sa profondeur. Les poètes, les peintres, les musiciens, les danseurs, les chanteurs possèdent une sensibilité, qui leur permet ainsi de sentir au-delà du corps. Ils peuvent ressentir les beautés du mental, les sensibilités du cœur, parce qu’ils vivent eux-mêmes à ce niveau...
 
Un musicien, un peintre, un poète habite un autre niveau. Il ne pense pas, il sent. Et comme il est dans son cœur, il peut sentir le cœur d’autrui. D’habitude cela, on l’appelle l’amour. C’est rare. Je dis bien un pour cent, et de temps en temps seulement.
 
Pourquoi n’y a-t-il pas beaucoup de gens qui vont vers le second niveau, alors qu’il est tellement beau? Il y a un problème : tout ce qui est beau est aussi délicat. Il n’est pas en acier. C’est plutôt un verre fragile. Une fois qu’un miroir tombe et se casse, il n’y a plus moyen de le recoller. Les gens ont peur de s’aventurer dans les espaces délicats de l’amour, parce qu’à ce stade, l’amour est merveilleusement beau, mais aussi très vulnérable. Les sentiments ne sont pas en pierre, ils sont semblables aux fleurs du rosier…
 
Les poètes, les artistes sont connus pour tomber amoureux presque chaque jour. Leur amour ressemble à la fleur du rosier. Lorsqu’elle fleurit, elle sent si bon, elle est tellement vivante, elle danse dans le vent, la pluie, le soleil, offrant sa beauté. Peut-être sera-t-elle fanée le soir, mais tu ne peux rien y faire. L’amour du cœur, au plus profond, est comme une brise qui passe dans ta chambre, qui amène sa fraicheur, et ensuite s’en va. Le vent ne peut pas rester dans ta main. Très peu de gens sont assez courageux pour vivre d’instant en instant et changer leur vie. D’où leur choix d’un amour sur lequel ils peuvent s’appuyer.
 
Je ne sais pas quel genre d’amour tu connais – c’est probablement le premier, peut-être le second. Et est ce que tu as peur de ce qui va arriver à ton amour lorsque tu atteindras ton être ?
 
L’amour disparaitra, certainement – mais tu ne seras pas perdant. Un nouveau genre d’amour verra le jour, un amour qui n’arrive sans doute qu’à une personne sur un million. Cet amour là ne peut s’appeler que l’état aimant. »
 
Osho, From Death to Deathlessness, Talk #17
Pour continuer à lire en anglais, cliquez ici.
 
 
Seuls l’amour et son échec peuvent te projeter à l’intérieur
 
« Je suis pour l’amour. Pendant toute ma vie j’ai enseigné en faveur de l’amour. C’est étrange, mais je suis un homme excentrique. Je t’ai enseigné à rechercher l’amour, parce que je sais qu’ à moins d’arriver à ce point décisif, où l’enfer c’est l’autre, tu ne pourras jamais devenir religieux.
 
Je ne suis pas pour l’amour. Tout mon effort est d’aller vers la religiosité.
 
Les pseudo-religions n’offrent que des formules toutes faites, mais moi je veux te donner une expérience authentique – or je ne peux pas le faire… Je ne peux que te montrer le chemin, t’expliquer ce qui se passe, et ensuite te laisser libre de l’expérimenter, si tu veux.
 
Si ton amour n’a pas échoué, alors tu n’es pas assez mûr pour la religiosité. Tu es encore impubère. Quel que soit ton âge, cela n’a pas d’importance ; soixante, soixante-dix ans. Si tu espères toujours la réussite de l’amour, alors tu es encore mineur. Mais si tu te rends compte de cela, totalement, que c’est contre-nature, et que l’existence ne fonctionne pas ainsi…Tu es toi, l’autre est l’autre.
 
Si tu veux gouter l’expérience de l’existence, tu ne peux pas le faire via autrui. C’est un saut direct en toi-même, via toi, à travers toi.
 
Seuls l’amour et son échec peuvent te projeter à l’intérieur. Rien d’autre ne peut te porter à l’intérieur, parce que tout le reste est bien au dessous de l’amour. »
 
Osho, From Unconsciousness to Consciousness, Talk #27
Pour continuer à lire en anglais, cliquez ici.
 
 
Aime-toi toi-même
 
« Nous commençons par l’un des soutras le plus profond de Gautama le Buddha: ‘Aime-toi toi-même…’
 
Toutes les traditions de ce monde, toute les civilisations, toutes les cultures, toutes les églises n’ont enseigné que le contraire. Elles disent : ‘Aime les autres, ne t’aime pas toi-même.’ Mais derrière leur enseignement se cache une stratégie rusée.
 
L’amour est la nourriture de l’âme. Comme les aliments nourrissent le corps, de même l’amour nourrit l’âme. Le corps est faible sans aliments ; sans amour c’est l’âme qui est faible. Personne, aucun état, aucune église, aucun groupe d’influence n’a jamais voulu que les gens aient des âmes fortes, car quelqu’un avec une énergie spirituelle va forcément se rebeller.
 
L’amour te rend rebelle, révolutionnaire. L’amour t’offre des ailes pour t'élancer vers le ciel. L’amour te donne un regard lucide, ainsi personne ne peut te tromper, t’exploiter, t’opprimer. Les prêtres et les politiciens ne survivent qu’en suçant ton sang – ils ne survivent que par l’exploitation. Les prêtres et les politiciens sont tous des parasites.
 
Ils ont trouvé une méthode sûre, garantie à cent pour cent, pour te rendre spirituellement faible: t’enseigner à ne pas t’aimer. Un homme ne peut pas aimer quelqu’un d’autre, s’il ne sait pas s’aimer lui-même. Cet enseignement est très rusé. Ils disent: ‘Aime les autres’, parce qu’ils savent que tu ne peux pas aimer du tout, si tu ne t’aime pas toi-même. Ils continuent pourtant à dire : ‘Aime les autres, aime l’humanité, aime Dieu, aime la nature, aime ta femme, ton mari, tes enfants, tes parents, mais ne t’aime pas toi-même’, parce que selon eux s’aimer soi-même c’est égoïste.
 
Ils condamnent l’amour de soi-même plus que tout autre chose. Et ils ont réussi à faire passer leur enseignement pour très logique. Ils disent : ‘Si tu t’aimes toi-même, tu deviendras un égoïste, si tu t’aimes toi-même, tu deviendras narcissique.’ Ce n’est pas vrai. Un homme qui s’aime, ne trouve pas d’ego en lui. L’ego apparaît lorsque tu aimes les autres sans t’aimer, lorsque tu essaies d’aimer les autres.
 
Les missionnaires, les réformateurs sociaux, les fonctionnaires, tous ont les plus grands egos du monde – évidemment, parce qu’ils se prennent eux-mêmes pour des êtres supérieurs. Ils ne sont pas ordinaires. Les gens ordinaires s’aiment. Mais eux, ils aiment les autres, ils aiment les grands idéaux, ils aiment Dieu. Et leur amour sonne faux, parce que leur amour est sans racines.
 
Un homme qui s’aime lui-même fait le premier pas vers l’amour réel. »
 
Osho, The Dhammapada: The Way of the Buddha, Vol. 5, Talk #5
Pour continuer à lire en anglais, cliquez ici.
 
 
L’amour réel rend capable d’être seul
 
« On peux se trouver en amour profond et être seul. En fait, on ne peut être seul que lorsqu’on vit en amour profond. La profondeur de l’amour crée un océan autour de toi, un océan profond, et toi tu deviens une île, complètement seul. Oui, l’océan continue à lancer ses vagues sur ton rivage. Mais plus les vagues de l’océan se brisent sur ton rivage, plus tu deviens intègre, enraciné, centré.
 
L’amour n’a de valeur que parce qu’il conduit à la solitude. Il t’offre assez d’espace pour être seul.
 
Mais toi, tu as une opinion sur l’amour ; cette opinion crée des ennuis – c’est cette opinion qui les crée et non pas l’amour. D’après toi, dans l’amour les amoureux disparaissent l’un dans l’autre, ils se dissolvent l’un dans l’autre. Oui, il y a des moments de dissolution – mais c’est la beauté de la vie et de tout ce qui est existentiel : au moment de la dissolution les amoureux deviennent conscients, vigilants. Cette dissolution n’est pas une sorte d’ivresse, cette dissolution n’est pas inconsciente. Elle amène une grande conscience, elle libère une grande conscience. D’un côté ils sont comme dissous, de l’autre, ils aperçoivent pour la première fois la beauté profonde de leur solitude. C’est l’autre qui définit leur solitude ; ils se définissent ainsi. Et ils sont reconnaissants l’un en vers l’autre. C’est grâce à l’autre qu’ils ont pu voir leur propre Soi; c’est l’autre qui est devenu le miroir qui les reflète. Les amoureux sont des miroirs l’un pour l’autre. L’amour te rend conscient de ton visage originel.
image
Lorsqu’on dit : ‘L’amour amène à la solitude’, cela semble très contradictoire, paradoxal. Depuis le début tu as toujours pensé que l’amour mène à une vie à deux. Je ne dis pas qu’il n’amène pas à une vie à deux. Mais à moins d’être seul, tu ne peux pas être ensemble avec quelqu’un. Qui va être ensemble? Il faut deux personnes pour être ensemble, deux personnes indépendantes sont nécessaires pour être ensemble. Une vie à deux sera riche, infiniment riche, si les deux personnes sont totalement indépendantes. Si une personne est dépendante de l’autre, alors il ne s’agit pas d’une vie à deux – c’est un esclavage, une servitude.
 
Si deux personnes sont dépendantes l’une de l’autre, s’accrochent, sont possessives, si elles ne se permettent pas d’être seules, si elles ne s’accordent pas assez d’espace pour se développer, alors ce sont des ennemis et non pas des amoureux ; elles se détruisent, elles ne s’aident pas à trouver chacune leur âme. Alors, de quel genre d’amour s’agit-il ? Peut être s’agit-il simplement dune peur d’être seul. Mais l’amour réel ne connait pas la peur. L’amour réel est capable d’être seul, totalement seul. C’est par cette solitude qu’une vie à deux s’enrichit. »
 
Osho, The Dhammapada: The Way of the Buddha, Vol. 2, Talk #4
Pour continuer à lire en anglais, cliquez ici.
 
 
L’amour n’a pas besoin de raisons
 
« L’amour n’a pas besoin de raisons – c’est la beauté de l’amour et la liberté de l’amour. La haine est une servitude. La haine, c’est l’emprisonnement – imposé par toi sur toi-même. Et la haine crée la haine, la haine provoque la haine. Si tu hais quelqu’un, tu crées la haine dans le cœur de cette personne contre toi-même. Le monde entier vit dans la haine, dans la destructivité, la violence, la jalousie, la compétitivité. Les gens se mettent le couteau sur la gorge, en réalité, vraiment, en passant à l’acte, ou au moins en esprit ; en pensée, chacun tue, commet un meurtre. C’est pour cela que nous avons crée l’enfer sur cette terre magnifique – qui pourtant, aurait pu devenir un paradis.
 
Avec l’amour, alors la terre redevient un paradis. L’immense beauté l’amour, c’est qu’il n’a pas besoin de raisons. L’amour se dégage de toi sans raison du tout. C’est la profusion de ta béatitude, c’est ce que ton cœur peut partager. C’est le partage de la mélodie de ton être. Et partager, c’est si joyeux – c’est pourquoi l’on partage. Pour l’amour du partage, sans autre motif.
 
Mais l’amour que tu as connu dans le passé n’est pas celui dont Bouddha parle ou celui dont je parle. Ton amour n’est que l’autre côté de la haine. Par conséquent, ton amour a une raison: quelqu’un a été merveilleux avec toi hier, il a été si merveilleux que tu sens un immense amour pour lui. Cela n’est pas de l’amour ; ce n’est que l’autre côté de la haine – la raison en est la preuve. Ou bien quelqu’un va être gentil avec toi demain: la façon dont il te sourit, sa façon de te parler, la façon dont il t’invite chez lui pour demain – il va être plein d’affection. Alors, tu sens un amour immense.
 
Ce n’est pas cela, l’amour dont les buddhas parlent. C’est de la haine déguisée en amour – c’est ainsi que ton amour peut à tout moment se transformer en haine. Gratte un peu une personne. Tu verras l’amour disparaître et la haine apparaître. Un tout petit peu suffit. Même ceux qu'on appelle les grands amoureux se mettent continuellement le couteau sur la gorge – ils râlent, ils sont destructifs. Et les gens pensent que c'est de l'amour …
 
Ton amour n'est pas vraiment un amour: ce n'est que son contraire. Il est la haine déguisée en amour, camouflée en amour, paradant comme l’amour. Le grand amour n'a pas de raison. Il ne pense pas à hier, il ne pense pas à demain. Le grand amour est l’élan spontané d’une joie qui t’envahit, et que tu partages. Tu es rempli de bonheur – sans aucune autre raison, aucun autre motif que la simple joie de partager. »
 
Osho, The Dhammapada: The Way of the Buddha, Vol. 1, Talk #1
Pour continuer à lire en anglais, cliquez ici.
 
 
L’amour est essentiellement un état d’être
 
« L’amour réel est plutôt un état qu’une relation; tu n’est pas amoureux, tu est amour. N’oublie pas que chaque fois que je parle d’amour, je parle de l’état d’amour. Oui, une relation n’est pas mal du tout, mais si tu n’as pas atteint cet état, la relation sera faussée. Ensuite, une relation n'est pas seulement une prétention. Elle est une prétention dangereuse, car elle peut continuer à te tromper, elle peut continuer à te donner le sentiment que tu sais ce qu'est l'amour, mais tu ne le sais pas. L'amour est essentiellement un état d'être, tu n’es pas amoureux, tu es amour.
 
Et cet amour n’arrive pas en tombant amoureux de quelqu'un. Cet amour arrive en allant à l’intérieur – et non pas en tombant, mais en s’élevant vers le haut, plus haut que toi-même. Il s'agit en somme de se surpasser. Un homme est amour quand son être est silencieux ; l’amour est le chant du silence. Un bouddha est amour, Jésus est amour – non pas amoureux d’une personne en particulier, mais simplement amour. Leur qualité essentielle est l’amour. Il ne s'adresse pas à une personne en particulier, il se propage dans toutes les directions. Celui qui se rapproche d'un bouddha le sentira, il sera comblé, inondé par l’amour. Et tout cela se passe sans condition.
 
L'amour ne pose pas de condition, ni de si, ni de mais. L'amour ne dit jamais: ‘réponds à ces exigences, ensuite je t’aimerai.’ L'amour est comme la respiration: quand il se produit, tu es amour, tout simplement. Peu importe qui t’approche, le pécheur ou le saint. Celui qui s'approche de toi commence à sentir les ondes de l'amour, il se réjouit. L'amour, c’est donner inconditionnellement – mais seuls ceux qui sont amour, sont capables de le donner. »
 
Osho, The Guest, Talk #5
Pour continuer à lire en anglais cliquez ici.
 
 
Le premier cercle d’amour ne doit entourer que toi-même
 
« L'amour sain de soi-même est une grande force religieuse. La personne qui ne s'aime pas, ne sera jamais capable d'aimer quelqu'un d'autre. Le premier cercle de l’amour doit se former dans ton cœur. S’il ne se forme pas en toi, il ne peut pas voir le jour vers quelqu'un d'autre, parce que tout le monde est plus éloigné que toi.
 
C'est comme si on jetait une pierre dans un lac silencieux – les premier cercles se forment autour de la pierre, puis ils continuent à s’élargir plus loin jusqu’au rivage. Le premier cercle d’amour doit être autour de toi. On doit aimer son corps, on doit aimer son âme, on doit s’aimer en totalité. Et c’est naturel, sinon tu ne pourras pas survivre du tout. Et c’est beau, car cela t’embellit. La personne qui s'aime, devient gracieuse, élégante. La personne qui s'aime est appelé à devenir plus silencieuse, plus méditative, plus priante qu’une personne qui ne s'aime pas.
 
Si tu n'aimes pas ta maison, tu ne la nettoies pas ; si tu n'aimes pas ta maison, tu ne la peins pas ; si tu ne l'aimes pas, tu ne l'entoures pas d'un beau jardin avec un étang aux lotus. Si tu t’aimes, tu créeras un jardin autour de toi. Tu essaieras de faire croître ton potentiel, tu essaieras de faire ressortir tout ce qu'il y a en toi à exprimer. Si tu aimes, tu continueras à te combler de bonheur, tu continueras à te nourrir.
image
Si tu n'aimes pas ta maison, tu ne la nettoies pas ; si tu n'aimes pas ta maison, tu ne la peins pas ; si tu ne l'aimes pas, tu ne l'entoures pas d'un beau jardin avec un étang aux lotus. Si tu t’aimes, tu créeras un jardin autour de toi. Tu essaieras de faire croître ton potentiel, tu essaieras de faire ressortir tout ce qu'il y a en toi à exprimer. Si tu aimes, tu continueras à te combler de bonheur, tu continueras à te nourrir.
 
Et si tu t’aimes, tu seras surpris: les autres t’aimeront. Personne n'aime quelqu’un qui ne s'aime pas. Si tu ne peux même pas t’aimer, qui d'autre se donnera la peine pour de le faire? Et la personne qui ne s'aime pas, ne peut pas rester neutre. Rappelle-toi, il n'ya pas de neutralité dans la vie. »
 
Osho, The Secret, Talk #18
Pour continuer à lire en anglais cliquez ici.
 
 
La relation détruit l’amour
 
« La relation entre les personnes est une structure, mais l'amour n'est pas structuré. L’amour relie, certes, mais il ne devient jamais une relation. L'amour est un processus, d’un instant à l’autre. Souviens-toi de cela. L'amour est un état de ton être, et non pas une relation. Il y a des gens qui aiment et d’autre qui n’aiment pas. Les gens qui n’aiment pas s’imaginent aimer lorsqu’ils ont une relation. Les gens qui aiment n’ont pas besoin d’avoir une relation – l'amour suffit.
 
Sois une personne qui aime plutôt qu’une personne qui a une relation d'amour – parce que les relations d’amour arrivent un jour et disparaissent ensuite. Elles sont comme les fleurs : le matin elles fleurissent, le soir elles se fanent.
 
Tu es une personne aimante.
 
Mais les gens trouvent qu'il est très difficile d'être une personne qui aime, alors ils créent une relation et se trompent eux-mêmes de cette façon en se disant : ‘Maintenant, je suis une personne qui aime, parce que je suis dans une relation.’ Et leur relation n’est peut être qu’un monopole, une possessivité, une exclusivité.
 
La relation se produit peut être par peur, elle n’a simplement rien à faire avec l’amour. La relation est peut être juste une sorte de sécurité, financière ou autre. Par manque d’amour, on a seulement besoin d’une relation. La relation est un substitut.
 
Deviens vigilant! La relation détruit l’amour, elle réduit la possibilité même de sa naissance. »
 
Osho, Walk Without Feet, Fly Without Wings and Think Without Mind, Talk #8
Pour continuer à lire en anglais cliquez ici.
 
 
Sans amour, il n’y a pas de poésie dans la vie
 
« Chaque fois que tu es amoureux, tu est saisi d’une peur plus forte que la mort. C'est pourquoi l'amour a disparu du monde. Le phénomène d’un amour qui nous envahit est rare, très rare. Ce que tu appelles l’amour est juste une béquille: tu l’as inventée parce qu'il est tellement difficile de vivre sans amour. C’est difficile, parce que sans amour, la vie n’a aucun sens, elle est dénuée de signification.
 
Sans amour, la vie n'a pas de poésie. Sans amour, l'arbre existe, mais il ne fleurit jamais. Sans amour, tu ne peux pas danser, tu ne peux pas célébrer, tu ne peux pas être reconnaissant, tu ne peux pas prier. Sans amour, les temples ne sont que des maisons ordinaires ; avec l'amour, une maison ordinaire est transformée, transfigurée en temple. Sans amour tu n’es qu’une possibilité, un geste vide. Avec l'amour, tu deviens pour la première fois important. Avec l'amour, ton âme se réveille pour la première fois. L'ego se retire, mais l'âme se réveille...
 
Se tourner vers l'amour, c’est aller à l’abîme. On commence à vaciller, à se sentir mal à l’aise. Va sur les hauteurs de l’Himalaya et regardes en bas vers la vallée ; cette vallée c’est le néant. Quand tu regardes en bas la vallée de l'amour, une peur terrible te saisit. Tu es presque paralysé : tu ne peux pas t’échapper, tu ne peux pas sauter. Tu trembles simplement d’une peur infinie. Que faire? Reculer est impossible, car l'amour t’attire : l'amour en appelle à ta profondeur, l'amour en appelle à ton avenir, l'amour en appelle à ton potentiel ; l'amour te donne un aperçu de ce que tu peux être. Tu ne peux pas t’en échapper, et tu ne peux pas sauter, le coût en serait trop élevé. Tu devrais te laisser tomber, et tout ce que tu avais pensé être toi : ton image, ton passé, ton identité.
 
Mais je te le dis, c’est juste avant le saut que le coût à l’air trop élevé. Une fois que tu as sauté… alors tu sais que tout ce tu as abandonné n’est rien, et que ce que tu as atteint est infiniment précieux. Laisse-moi t’expliquer un paradoxe: l’amour exige que tu laisses tomber ce que tu n’as pas, et l’amour t’offre ce que tu as déjà. L’amour demande que tu te débarrasses de ce que tu n’as pas. »
 
Osho, Come Follow to You, Vol. 4, Talk #6
Pour continuer à lire en anglais cliquez ici.
 
 
L’amour est une porte
 
« Si l’amour est passionné, alors l’amour devient un enfer. Si l’amour est attachement, alors l’amour sera une prison. Si l’amour n’est pas passionné, il deviendra un paradis. Si l’amour est sans attachement, alors l’amour lui-même est divin.
 
L’amour offre deux possibilités. Tu peux avoir de la passion et de l’attachement en amour, alors c’est comme si tu avais accroché une pierre à l’oiseau de l’amour, si bien qu’il ne peut plus voler. Ou bien, c’est comme si tu avais mis l’oiseau de l’amour dans une cage dorée. Aussi précieuse que soit la cage – même incrustée de diamants et de joyaux – une cage reste une cage et détruira pour l’oiseau toute possibilité de voler.
 
Si tu ôtes la passion et l’attachement de cet amour, si ton amour devient pur, innocent, sans objet, si tu donnes sans rien demander, si l’amour ne fait simplement que donner, si l’amour est empereur et non pas mendiant, si tu te sens heureux car quelqu’un a accepté ton amour sans que tu l’aies marchandé et que tu n’aies rien demandé en retour, alors tu libères l’oiseau de l’amour vers les cieux. Alors tu as renforcé ses ailes. Alors cet oiseau peut entreprendre son voyage vers l’infini.
 
En amour certains tombent amoureux, alors que d’autres s’élèvent haut en amour. Cela dépend entièrement de ce que tu fais de l’amour. Car l’amour est un phénomène bien mystérieux. C’est une porte, d’un côté vers la souffrance, et de l’autre vers la béatitude : d’un côté c’est l’enfer, de l’autre le paradis ; d’un côté c’est le samsara, la roue de la vie et de la mort, de l’autre côté se trouve la libération. L’amour est une porte.
image
Si tu n’as connu que l’amour plein de passion et d’attachement, alors quand Jésus dit : ‘Dieu est amour’, tu ne pourras pas comprendre. Quand Sahajo commence à chanter des chants d’amour, tu vas te sentir très mal à l’aise :’Cela n’a aucun sens! J’ai aimé, moi aussi, mais cela ne m’a valu que misères. Au nom de l’amour, je n’ai récolté que des épines, aucune fleur ne c’est jamais épanouie pour moi.’ L’autre amour te semblera imaginaire. L’amour qui devient dévotion, qui devient prière, qui devient libération, ne te semblera plus qu’un mot vide de sens.
 
Tu a aussi connu l’amour, mais chaque fois que l as rencontré, tu n’as eu qu’un amour plein d’attachement et de passion. Ton amour n’était pas vraiment de l’amour. Ton amour n’était qu’un rideau pour cacher la passion, l’attachement et le sexe. En surface, tu l’appelais amour, en fait c’était quelque chose d’autre. Que désirais-tu quand tu aimais une femme ou un homme ? Ton désir n’était que sexuel, et l’amour n’en était que l’ornement superficiel.
 
Si tu cherches profondément en toi, tu verras que ton amour n’est qu’un mot, et que les flammes du désir sexuel brûlent à l’intérieur. Mais on n’accepte pas d’exprimer aussi directement sa flamme à quelqu’un. Il y faut plus de diplomatie. Alors, lorsque tu veux jouir du corps d’une femme, tu lui dis que tu aimes son âme. Tu ne connais même pas ta propre âme, alors comment peux tu connaître l’âme de l’autre ? Mais les gens qui sont pleins de désirs sensuels, parlent de l’âme. Leur désir est de jouir du corps de l’autre, mais ils parlent de beauté intérieure. »
 
Osho, Showering without Clouds,  Talk #2
Pour continuer à lire en anglais cliquez ici.
 
 
Le monde cessera d’être en guerre seulement le jour où l’amour l’habitera de nouveau
 
« La société ne permet pas l’amour, car si quelqu’un éprouve vraiment un grand amour, on ne peut pas le manipulé. On ne peut pas l’envoyer à la guère ; il dira : ‘Mais je suis très heureux. Ou m’envoyez-vous ? Et pourquoi devrais-je aller tuer des étrangers qui sont peut être heureux chez eux ? Alors que nous n’avons aucune opposition, aucun conflit d’intérêt…
 
Si la jeune génération se tourne de plus en plus profondément vers l’amour, les guerres disparaitront parce qu’on ne pourra plus trouver de gens assez fous pour partir en guerre. Si tu aimes, tu as gouté à l’une des saveurs de la vie ; tu n’aimerais pas mourir ni tuer des gens. Si tu n’aime pas, tu n’as pas gouté à cette saveur de la vie ; tu aimes la mort.
 
La peur tue, veut tuer. La peur est destructrice, l’amour est une énergie créative. Si tu aimais, tu aurais plaisir à créer. Tu aimerais peut être chanter, peindre, ou composer des poèmes, mais tu ne voudrais pas prendre une baïonnette, ou lancer une bombe atomique, ou te précipiter pour tuer des gens que tu ne connais pas, qui n’ont rien fait, qui te sont aussi inconnus que tu l’es pour eux.
 
Le monde cessera d’être en guerre seulement le jour où l’amour habitera de nouveau la terre. Les politiciens ne veulent pas que tu aimes, la société ne veut pas que tu aimes, la famille ne te permet pas d’aimer : ils veulent tous contrôler ton énergie d’amour, parce que c’est la seule énergie qui existe. C’est pourquoi ils en ont peur.
 
Si tu me comprends bien ; laisse les peurs et aime de plus en plus, sans conditions. Lorsque tu aimes, tu fais quelque chose pour toi ; ne crois pas qu’en aimant, tu fais quelque chose pour les autres. Quand tu aimes, c’est pour ton propre bien, alors n’attends pas. Ne dis pas que tu aimeras le jour les autres aimeront – cela n’aurait aucun intérêt.
 
Sois égoïste. L’amour est égoïste. Aime les gens – ainsi cela te comblera, ainsi tu recevras de plus en plus de bénédictions.
 
Et quand l’amour s’approfondit, les peurs disparaissent ; l’amour est lumière, la peur est obscurité. »
 
Osho, Talking Tao, Talk #2
Pour continuer à lire en anglais cliquez ici.
 
 
C’est l’amour qui donne sens
 
« En fait, quand tu tombes amoureux, tu perds complètement la raison. C’est pourquoi l’on dit qu’on tombe’ amoureux. Tomber d’où ? Tomber depuis la tète jusque dans le cœur. On utilise ce terme pour condamner. ‘Tomber amoureux’, car la tète, la raison, ne peuvent pas voir ça sans condamner. C’est une chute. L’amour est-il vraiment une chute, ou une croissance ? Est ce qu’avec lui tu grandis ou bien est ce que tu t’amoindris? Est-ce que tu t’épanouis ou bien est ce que tu te réduis ? Avec l’amour tu grandis ! Tu es plus conscient, tes sentiments s’exacerbent, tu es plus sensible; tes sensations extatiques se développent, tu es plus sensitif, tu es plus vivant. Mais quelque chose diminue : tes capacités de raisonnement diminuent. Tu ne peux pas comprendre correctement. Tu es aveugle. En ce qui concerne la raison, le cœur a sa propre raison – ça c’est autre chose – et le cœur a son propre regard, mais c’est encore autre chose. Les yeux de la raison ne sont pas là, aussi la raison déclare que c’est une chute. Tu es tombé
 
A moins que le centre du cœur ne recommence à fonctionner, l’être humain ne sera pas capable d’amour ; et toute la misère de la vie moderne, c’est qu’à moins d’aimer, l’être humain ne pourra donner aucun sens à sa vie. La vie n’aura aucun sens, l’amour lui donne son seul sens. A moins que tu ne sois capable d’aimer ta n’aura pas de sens. Tu sentiras que ton existence est dénuée de sens, qu’elle est futile, et tu seras tenté par le suicide. Alors tu auras envie de te tuer, pour en finir avec toi, car quel est l’intérêt d’exister ? 
image
Ne faire qu’exister c’est insupportable. L’existence doit avoir un sens ; sinon, quel en est le sens ? Pourquoi continuer à te prolonger sans nécessite ? Pourquoi continuer à répéter chaque jour de la même façon. Se lever du lit et faire la même chose, encore s’endormir, et faire la même chose le jour suivant : pourquoi ?
 
Tu l’as déjà tellement fait, et qu’est-il arrivé ? Et tu le referas, à moins que la mort n’arrive et te soulage de toi et ton corps. Alors, quel intérêt ? L’amour lui donne sens. Ce n’est pas qu’à travers l’amour on atteigne un résultat ou un but quelconque – non. A travers l’amour chaque moment prend une valeur en soi. Alors tu ne te pose pas de questions. Si quelqu’un demande le sens de la vie, sache bien que l’amour manque. Chaque fois que quelqu’un demande quel est le sens de la vie, il le fait parce qu’il n’a pas pu s’épanouir dans une expérience amoureuse. Lorsque quelqu’un est amoureux, il ne demande jamais quel est le sens de la vie. Il en connait le sens ; inutile de demander. Il en connaît le sens ! Le sens est là: c’est l’amour. »
 
Osho, The Book of Secrets,  Talk #44
Pour continuer à lire en anglais cliquez ici.
 
 
Un homme plein d’amour est au paradis
 
« Sans amour l’homme est seul, séparé du reste de l’existence. Sans amour chacun est une entité isolé, manquant de connexion avec ceux de son genre. De nos jours, l’homme se trouve totalement seul. Les uns et les autres, nous sommes tous fermés, piégés en nous-mêmes. C’est comme si nous étions dans une tombe. Bien qu’étant vivant l’être est comme un cadavre.
 
Vois-tu la vérité de ce que je dis ? Est tu vivant ? Sens-tu le courant d’amour dans tes veines? Si tu ne sens pas ce courant, si ton cœur a cessé de vibrer, alors tu devrais réaliser que tu n’es pas vraiment vivant du tout.
 
Une fois j’étais en voyage et quelqu’un m’a demandé quel mot dans le vocabulaire de l’être humain était le plus important. Ma réponse a été, L’amour. L’homme a été surpris. Il m’a dit qu’il avait attendu une repose comme l’âme ou bien Dieu. Jai ri et je lui ai dis: ‘L’amour est Dieu’.
 
Chevauche le rayon de l’amour et tu pourras entrer au royaume illuminé de Dieu. Il vaut mieux dire que l’amour est Dieu, plutôt que dire que la vérité est Dieu, car l’harmonie, la beauté, la vitalité et le bonheur font partie de l’amour mais pas de la vérité. La vérité doit être connue, l’amour doit être senti autant que connu. La croissance et la perfection de l’amour conduisent à la fusion ultime avec Dieu.
 
La plus grande pauvreté de toutes est l’absence d’amour. L’homme qui n’a pas développé la capacité d’aimer, vit dans son enfer privé. Un homme qui est plein d’amour vit dans son paradis. Tu peux considérer l’homme comme une plante unique et merveilleuse, une plante qui est capable de produire aussi bien du nectar que du poison. Si un homme vit de haine, il ne récolte que poison ; s’il vit d’amour, il amasse des fleurs plein de nectar. »
 
Osho, The Long, the Short and the All,  Talk #6
Pour continuer à lire en anglais cliquez ici.
 
 
Aimer et avoir besoin d’amour sont deux choses différentes
 
« Emplis ta vie d’amour. Mais tu me diras, ‘On aime tout le temps.’ Et je te réponds, tu aimes rarement. Peut être que tu aspires à l’amour…mais il y a une grande différence entre ces deux aspects : aimer et avoir besoin d’amour sont deux choses différentes. La majorité d’entre nous reste immature toute la vie, car chacun recherche l’amour. Aimer est quelque chose de bien mystérieux ; aspirer à l’amour c’est quelque chose de très enfantin. Les petits enfants désirent de l’amour ; ils grandissent quand leur mère les aime. Ils désirent aussi l’amour des autres, alors la famille les aime. Ensuite quand ils vieillissent, en tant que maris, ils veulent que leur femme les aime, et en tant que femme, elles veulent que leur mari les aime.
 
Et ceux qui veulent de l’amour souffrent, car l’amour ne se demande pas, l’amour peut seulement être donné. En le désirant ce n’est pas sur que tu l’obtiennes. Et si la personne dont tu attends l’amour l’attend aussi de toi, c’est un problème. C’est comme deux mendiants qui mendient mutuellement. Dans le monde entier il y a des problèmes conjugaux entre mari et femme, et pour la simple raison qu’ils attendent chacun l’amour de l’autre, bien qu’ils soient incapables de donner de l’amour.
 
Penses-y un peu – à ton besoin d’amour permanent. Tu veux l’amour de quelqu’un et si quelqu’un t’aime tu te sens bien. Mais ce que tu ne sais pas, c’est que l’autre t’aime seulement parce qu’il veut que tu l’aimes. C’est juste comme un appât pour les poissons : on ne le lance pas pour que le poisson le mange, on le lance pour attraper le poisson. On ne veut pas le donner aux poissons, on le fait seulement car on veut le poisson. Tous les gens que tu vois amoureux autour de toi ne font que jeter un appât pour obtenir l’amour. Ils vont jeter un appât quelques temps jusqu'à ce que l’autre commence à sentir qu’il pourra obtenir de l’amour. Alors, lui aussi commencera à montrer de l’amour, jusqu’ à ce qu’il ait réalisé que tous deux sont des mendiants. Ils ont fait une erreur : chacun a pensé que l’autre était un empereur. Et au moment où chacun a réalisé qu’il n’obtiendrait aucun amour de l’autre, c’est alors que les frictions ont commencé. »
 
Osho, The Path of Meditation,  Talk #3
Pour continuer à lire en anglais cliquez ici.
 
 
Tu peux visité Osho Online Library pour en trouver plus d’information sur les Extraits d’Osho sur l’Amour ou toute autre sujet qui t’intéresse. Dans cette bibliothèque on trouve plus que 225 livres d’Osho à lire et faire une recherche par mot-clé ou phrase.