Quantcast

OSHO Times Body Dharma La Discipline de mon Corps -

Si vous écoutez et devenez attentif à votre corps, vous commencerez à avoir une discipline qui ne peut pas être appelée une discipline.

De nos jours les médecins disent que le corps de chaque personne perd, pendant deux heures durant le sommeil, sa température normale ; la température tombe de deux degrés. Cela peut se passer entre trois et cinq heures du matin, deux et quatre heures ou quatre et six heures du matin ; mais le corps de chacun chute en température de deux degrés chaque nuit et ces deux heures sont celles du sommeil le plus profond. Si vous vous levez pendant ces deux heures, vous vous sentirez désorienté la journée entière. Vous pouvez avoir dormi six, sept heures ; cela ne fait aucune différence. Si vous vous levez pendant ces deux heures, alors que la température de votre corps était basse, vous vous sentirez fatigué le jour durant, somnolent, bâillant et vous ressentirez que quelque chose manque, vous vous sentirez dérangé, le corps se sentira dans un mal être.

Si vous vous levez exactement après ces deux heures, lorsque ces deux heures ont passé, c'est le moment juste pour vous de vous lever. Vous êtes alors parfaitement dispos, même si vous ne pouvez dormir que deux heures, cela fera l'affaire. Six, sept ou huit heures ne sont pas nécessaires. Si vous dormez seulement pendant ces deux heures où la température est de deux degrés plus basse, vous serez parfaitement heureux, à l'aise. Toute la journée vous ressentirez une grâce, un silence, un bien être, un sentiment d'unité ; un sentiment d'être entier.

Bien sur, chacun doit observer à quel moment ces deux heures sont là pour lui. Ne suivez pas une discipline venant de l'extérieur, parce que cette discipline peut avoir été bonne pour la personne qui l'a créé....

Vous devez trouver pour votre propre corps, ses façons, ce qui lui convient, ce qui est bon pour vous.

Une fois que vous avez trouvé ce qui lui convient, vous pouvez facilement le permettre et ce ne sera pas forcé parce ce que ce sera en accord avec le corps. Ainsi il n'y a rien que lui imposiez ; il n'y a aucune lutte, aucun effort.
Observez, lorsque vous mangez, ce qui vous convient.
Les gens mangent sans cesse toutes sortes de choses, ensuite ils sont dérangés ; puis leur mental est affecté. Ne suivez jamais la discipline de quiconque, parce que personne ne vous ressemble, aussi personne ne peut dire ce qui vous conviendra.

C'est pourquoi je vous donne une unique discipline, celle d'être conscient de vous-même, ce qui est la liberté.

Écoutez votre propre corps ; intrinsèquement le corps a une grande sagesse. Si vous l'écoutez, vous serez toujours dans le vrai. Si vous ne l'écoutez pas et continuez à forcer en lui des choses, vous ne serez jamais heureux ; vous serez malheureux, malade, mal à l'aise et toujours inquiet, distrait et désorienté.
Le plaisir du moment n'a aucun rapport avec des choses nouvelles ; le plaisir du moment a certainement rapport avec l'harmonie.

Osho, Extrait de: The Discipline of Transcendence