Quantcast

OSHO Times Emotional Ecology Quelque chose à vous mettre sous les Dents !

C'est mauvais pour la colère de rentrer à l'intérieur car cela signifie que toute votre structure 'corps et mental' sera empoisonnée par elle. Et si vous continuez à faire cela pendant longtemps... comme chacun l'a fait, car la société enseigne le contrôle, pas la transformation.

La société dit: 'contrôlez-vous' et du fait de ce contrôle toutes les choses négatives ont été rejetées de plus en plus profond dans l'inconscient et elles deviennent alors un élément constant à l'intérieur de vous. Alors, ce n'est pas que vous soyez parfois en colère et parfois non, vous êtes simplement en colère. Parfois vous explosez et parfois vous n'explosez pas car il n'y a pas de motif ou bien vous devez trouver une raison. Et souvenez-vous que vous pouvez trouver une raison en tout lieu !

Vous êtes en colère. Parce que vous avez réprimé tant de colère, il n'y a maintenant aucun moment où vous n'êtes pas en colère. Parfois vous êtes, au mieux, un peu moins en colère, parfois un peu plus. Tout votre être est empoisonné par la répression.

Vous mangez avec colère et cela a une qualité différente lorsque quelqu'un mange sans colère, c'est magnifique de le regarder car il mange de façon non-violente. Il se peut qu'il mange de la viande mais il mange de façon non-violente. Vous pouvez ne manger que des légumes et des fruits mais si la colère est réprimée, vous mangez de façon violente.

Simplement en mangeant, vos dents, votre bouche laisse sortir de la colère. Vous mastiquez la nourriture comme si c'était l'ennemi. Et souvenez-vous, chaque fois que les animaux sont en colère, que font-ils? Seules deux choses sont possibles: ils n'ont pas d'armes et n'ont pas de bombes atomiques, que peuvent-ils faire ? Soit avec leurs ongles, soit avec leurs dents, ils vous feront violence.

Ce sont les armes naturelles du corps: ongles et dents. Il est très difficile de faire quoi que ce soit avec vos ongles, car les gens diront: êtes-vous un animal ? Aussi, la seule chose qu'il vous reste pour exprimer votre colère et votre violence est la bouche et cela non plus vous ne pouvez pas l'utiliser pour mordre quelqu'un. C'est pourquoi l'on dit - en anglais - une 'morsure de pain', 'une morsure de nourriture,' 'quelques morsures.'

Vous mangez avec violence, comme si la nourriture était l'ennemi. Et souvenez-vous, lorsque la nourriture est l'ennemi, elle ne vous nourrit pas vraiment, elle nourrit tout ce qui est malade en vous. Les gens qui ont une profonde colère réprimée mangent plus. Ils continuent d'accumuler des graisses non nécessaires à leur corps. Et avez-vous observé que les gens forts sourient toujours ? Pour aucune raison et même s'il n'y a aucune cause, les gens forts sourient toujours. Pourquoi ? C'est leur façade, c'est leur masque: ils ont si peur de leur colère et de leur violence qu'ils doivent continuellement garder un visage souriant et ils continuent de manger toujours plus.

Et Manger plus, est violence, colère et alors cela circulera de toutes les façons et cela, dans chaque aspect de votre vie.
En mangeant de la nourriture, vous devenez en colère: regarder une personne manger, regarder une personne faire l'amour, la colère est allée si profondément que même l'amour, une activité totalement opposée à la colère, même cela est empoisonné. Manger, une activité absolument neutre, même cela est empoisonné. Alors, vous ouvrez juste la porte et il y a de la colère, vous mettez un livre sur la table et il y a de la colère, vous retirez vos chaussures et il y a de la colère, vous serrez la main et il y a de la colère, car maintenant vous êtes la colère personnifiée.

...Du fait de la répression, le mental devient divisé. La partie que vous acceptez devient le conscient et la partie que vous niez devient l'inconscient.

Cette division n'est pas naturelle, la division s'opère à cause de la répression et vous continuez de jeter à l'intérieur de l'inconscient tous les détritus que la société rejette; mais souvenez-vous, tout ce que vous jetez à l'intérieur devient de plus en plus partie intégrante de vous-même. Cela va dans vos mains, vos os, dans votre sang, dans vos battements de coeur. Maintenant les psychologues disent que presque quatre-vingt pourcent des maladies sont causées par des émotions réprimées. Tant de crises cardiaques signifient que beaucoup de colère a été réprimée dans le coeur, tant de haine que le coeur en est empoisonné.

Pourquoi ? Pourquoi l'homme réprime t-il tant et devient t-il malade ? Parce que la société vous enseigne à contrôler et non pas à transformer or le chemin de la transformation est totalement différent. Premièrement, ce n'est pas du tout le chemin du contrôle, c'est tout l'opposé.

Première chose: en contrôlant vous réprimez, dans la transformation vous exprimez. Mais il n'est pas nécessaire de l'exprimer envers quelqu'un d'autre car l'autre est simplement sans importance. La prochaine fois que vous vous sentez en colère, allez courir sept fois autour de la maison et ensuite asseyez-vous sous un arbre et regardez où la colère s'en est allée. Vous ne l'avez pas réprimée, vous ne l'avez pas contrôlée, vous ne l'avez pas jetée sur quelqu'un d'autre. Parce qu'en la jetant sur quelqu'un d'autre, une chaîne se créée, car l'autre est aussi fou que vous, aussi inconscient que vous. Si vous la jetez sur un autre et que l'autre est un être éveillé, il n'y aura pas de problème, il vous aidera à la libérer et à passer à travers une catharsis. Mais l'autre est aussi ignorant que vous; si vous lui balancer de la colère il réagira. Il déversera d'avantage de colère sur vous, il est tout autant réprimé que vous l'êtes. Alors la chaîne naît: vous déversez sur lui, il déverse sur vous et vous devenez tous deux des ennemis.

Ne la jetez sur personne. C'est la même chose que lorsque vous avez envie de vomir, vous ne vomissez pas sur quelqu'un. La colère a besoin d'un vomissement. Vous allez à la salle de bain et vous vomissez. Cela nettoie tout le corps, si vous réprimez le vomissement, ce sera dangereux et lorsque vous aurez vomi, vous vous sentirez frais, vous vous sentirez libéré d'un fardeau, déchargé, bien, en bonne santé. Quelque chose n'allait pas dans la nourriture que vous avez absorbée et le corps l'a rejeté. Ne la forcez pas à l'intérieur.

La colère n'est qu'un vomissement mental. Vous avez avalé quelque chose de mauvais et tout votre être psychique veut le rejeter, mais il n'est nul besoin de le déverser sur les autres...

Parce que les gens la déversent sur les autres, la société leur dit de la contrôler.
Il n'y a aucun besoin de jeter la colère sur quelqu'un. Vous pouvez aller dans votre salle de bain, vous pouvez aller faire une longue marche. Cela signifie que quelque chose à l'intérieur a besoin d'une activité rapide pour que être libéré. Faites simplement un petit jogging et vous sentirez qu'elle est libérée ou prenez un oreiller et frapper le, battez-vous avec l'oreiller, mordez l'oreiller jusqu'à ce que vos mains et vos dents soient relâchées. En cinq minutes de catharsis vous vous sentirez sans fardeau et une fois que vous savez cela, vous ne la déverserez plus jamais sur personne, car c'est absolument stupide.

Ainsi la première chose dans la transformation c'est d'exprimer la colère, mais pas sur quelqu'un d'autre car si vous l'exprimez sur quelqu'un d'autre vous ne pouvez pas l'exprimer totalement. Vous pouvez avoir envie de tuer, mais ce n'est pas possible, vous pouvez avoir envie de mordre mais ce n'est pas possible. Toutefois cela peut être fait à un oreiller. Un oreiller signifie 'déjà éveillé', l'oreiller est éveillé, un bouddha. L'oreiller ne réagira pas et n'ira vers aucun tribunal, l'oreiller ne créera pas d'hostilité à votre égard, il ne fera rien. L'oreiller sera content et il rira de vous.

La deuxième chose à se rappeler, c'est être conscient. Dans le contrôle, aucune conscience n'est nécessaire, vous le faîte machinalement, tel un robot. La colère surgit et il y a un mécanisme, soudain votre être tout entier devient étriqué et fermé. Si vous êtes vigilant, le contrôle n'est peut-être pas si facile.

La société ne vous enseigne jamais à être vigilant car lorsque quelqu'un est vigilant il est totalement ouvert. Cela fait partie de la vigilance, l'on est ouvert et si vous voulez réprimer quelque chose et que vous êtes ouvert, c'est une contradiction, cela peut sortir. La société vous apprend à vous enfermer, à vous mettre en cave… Ne permettez même pas une petite fenêtre pour laisser sortir quoi que ce soit.

Mais souvenez-vous, lorsque rien ne sort, rien ne rentre non plus. Lorsque la colère ne peut pas sortir, vous êtes fermé. Si vous touchez une pierre magnifique, rien ne va à l'intérieur, vous regardez une fleur, rien ne va à l'intérieur, vos yeux sont morts et fermés. Vous embrassez une personne, rien ne va à l'intérieur car vous êtes fermé. Vous vivez une vie insensible.

La sensibilité grandit avec la Conscience.

Du fait du contrôle vous devenez terne et mort, cela fait partie du mécanisme du contrôle. Si vous êtes terne et mort alors rien ne vous affecte, comme si le corps était devenu une citadelle, une défense. Rien ne vous affectera, ni l'insulte ni l'amour.

Mais ce contrôle a un prix énorme, un coût qui n'est pas nécessaire. Alors cela devient l'unique effort dans la vie; comment se contrôler et puis mourir ! L'effort même de contrôler prend toute votre énergie et ensuite vous mourez tout simplement. La vie devient une chose morne et morte; d'une certaine façon vous la portez.

La colère est magnifique, la sexualité est magnifique. Mais les choses magnifiques peuvent devenir laides. Cela dépend de vous. Si vous les condamnez, elles deviennent laides, si vous les transformez, elles deviennent divines.

Pas de contrôle, pas d'expression sur les autres, d'avantage de conscience et alors la conscience se déplace de la périphérie vers le centre.

Osho, Extrait de: And the Flowers Showered