Quantcast

OSHO Times The Other Myself Qu'est ce que la Jalousie et pourquoi fait-elle tant souffrir ?

La jalousie est comparaison et l'on nous a appris à comparer, nous avons été conditionnés pour comparer, toujours comparer. Quelqu'un d'autre a une plus belle maison, un autre a un plus beau corps, l'autre davantage d'argent, un autre encore une personnalité plus charismatique. Comparez, continuez à vous comparer à tous ceux que vous croisez et une profonde jalousie en résultera. C'est le sous produit de votre conditionnement à la comparaison.
Par contre, si vous abandonnez la comparaison, la jalousie disparaît. Alors vous savez que vous êtes vous et personne d'autre et qu'il n'y a nul besoin d'être quelqu'un d'autre. Heureusement vous ne vous comparez pas aux arbres sinon vous allez vous sentir très jaloux, pourquoi n'êtes-vous pas vert ? Pourquoi Dieu a t'il été si dur avec vous, ne vous permettant pas de fleurir ?
Mieux vaut que vous ne vous compariez pas aux oiseaux, aux rivières ni aux montagnes, sinon vous allez souffrir. Vous vous comparez uniquement aux êtres humains car l'on vous a conditionné pour vous comparer seulement à eux. Vous ne vous comparez pas aux paons ni aux perroquets autrement votre jalousie augmenterait de plus en plus et vous seriez si accablé par la jalousie que vous ne pourriez plus vivre du tout.
La comparaison est une attitude vraiment folle car chaque personne est unique et incomparable. Lorsque vous comprenez cela, la jalousie disparaît. Chacun est unique et incomparable.
Vous êtes simplement vous-même, personne n'a jamais été comme vous et personne ne le sera jamais et vous n'avez pas non plus besoin d'être comme quelqu'un d'autre. Dieu ne crée que des originaux ; il ne croit pas dans les copies conformes.

Une troupe de poules était dans la cour lorsqu'un ballon de football passa par-dessus la clôture et atterrit au milieu d'elles.
Un coq s'approcha en se dandinant, l'examina et dit : 'Je ne me plains pas les filles mais regardez ce qu'elles produisent à côté'.

A côté il se passe de grandes choses, l'herbe est plus verte, les roses sont plus roses, tout le monde semble être heureux, sauf vous. Vous comparez en permanence et c'est la même chose pour les autres, ils comparent aussi. Ils pensent peut-être que l'herbe de votre pelouse est plus verte – de loin ça paraît toujours plus vert - que vous avez une plus belle femme… Vous en avez marre, vous ne comprenez pas comment vous avez pu vous faire piéger par cette femme, vous ne savez pas comment vous débarrasser d'elle et le voisin est peut être jaloux de vous, jaloux que vous ayez une si belle femme ! Et vous êtes peut-être jaloux de lui… Tout le monde est jaloux de tout le monde et à travers cette jalousie nous créons un tel enfer, à travers cette jalousie nous devenons misérables.

Un vieux fermier examinait d'un air maussade les dégâts de l'inondation. 'Hiram' hurla son voisin 'tes cochons ont tous été entraînés dans la rivière'.
'Et les cochons de Thomson ?' demanda le fermier.
Ils sont partis aussi.
Et ceux de Larsen ?
Aussi.
'Humph' grogna joyeusement le fermier 'ce n'est pas aussi mauvais que je le pensais'.

Si tout le monde est dans le malheur, ça va, si tout le monde perd, ça va, mais si tout le monde est heureux et réussit, cela a un goût amer. Mais pourquoi l'idée de l'autre entre t-elle dans votre tête en premier lieu ?
Laissez-moi à nouveau vous rappeler pourquoi.
C'est parce que vous n'avez pas laissé votre propre élan vital circuler, parce que vous n'avez pas laissé votre propre bonheur s'épanouir, parce que vous n'avez pas laissé fleurir votre être que vous vous sentez vide à l'intérieur et que vous regardez l'extérieur chez les autres, car on ne peut voir que l'extérieur.
Vous connaissez l'intérieur de vous-même et vous connaissez l'extérieur chez les autres, cela crée la jalousie. Ils ne connaissent de vous que l'extérieur et ils connaissent leur propre intérieur, cela crée la jalousie. Personne d'autre ne vous connaît intérieurement et depuis ce lieu, vous pensez que vous ne valez rien, que vous n'avez aucune valeur et les autres, eux, sont si souriants à l'extérieur. Leurs sourires sont peut être faux mais comment pouvez vous savoir qu'ils sont faux ? Peut être que leurs cœurs sourient aussi. Vous savez que votre sourire est faux parce que votre cœur ne sourit pas du tout, il pourrait même pleurer et sangloter. Vous connaissez votre intérieur et vous seul le connaissez, personne d'autre. Vous connaissez l'extérieur des autres, extérieur qu'ils ont embelli. Les extérieurs ne sont que des façades et elles sont trompeuses.

Voici une vieille histoire Soufi :
Un homme était accablé de douleur et chaque jour il priait Dieu : 'Pourquoi moi ? Tout le monde semble être si heureux, pourquoi suis-je le seul à ressentir une telle souffrance ?' Un jour, particulièrement désespéré, il adressa cette prière à Dieu : 'Tu peux me donner la souffrance de n'importe qui et je suis prêt à l'accepter mais prend la mienne, je ne peux plus les supporter'.
Cette nuit là il fit un très beau rêve, très beau et très révélateur.
Cette nuit là il rêva que Dieu apparaissait dans le ciel et disait à tout le monde :
'Apportez toutes vos souffrances au temple'. Tout le monde en avait assez de sa souffrance, en fait, tous, à un moment ou à un autre, avaient fait la prière suivante : 'Je suis prêt à accepter la souffrance de quelqu'un d'autre mais enlève moi la mienne, c'est trop, c'est insupportable'.
Donc tous mirent leurs souffrances dans des sacs et se rendirent au temple. Ils paraissaient très heureux, le jour était venu, l'on avait entendu leurs prières et notre homme aussi se précipita vers le temple.
Alors Dieu leur dit : 'Posez vos sacs contre les murs'. Tous les sacs furent posé contre les murs et Dieu déclara alors : 'Maintenant vous pouvez choisir; n'importe qui peut prendre n'importe quel sac'.
Et la chose la plus surprenante fut celle-ci, c'est que cet homme qui avait tant prié se rua vers son propre sac avant qu'un autre ne puisse le choisir ! Mais il fut très surpris car chacun se ruait sur son propre sac, heureux de le choisir à nouveau. Que se passait-il ? Pour la première fois chacun avaient vu la souffrance des autres, les douleurs des autres, leurs sacs étaient aussi gros ou même plus gros !

La deuxième raison était que chacun s'était accoutumé à sa propre souffrance, alors choisir celle d'un autre…qui sait quelle sorte de souffrance il y avait dans le sac ? Pourquoi risquer des ennuis ? Au moins votre souffrance vous est familière, vous vous y êtes habitué, elle est tolérable. Vous la tolérez depuis tant d'années, pourquoi choisir l'inconnu ?
Et chacun rentra chez lui heureux. Rien n'avait changé, ils rapportaient le même sac de souffrances mais tous étaient heureux, souriants et joyeux de rapporter leur propre sac.
Le matin l'homme adressa cette prière à Dieu : ' Merci pour ce rêve, je ne demanderai plus jamais. Quoique tu m'as donné est bon pour moi, ce doit être bon pour moi car c'est pour cela que tu me l'as donné'.
A cause de la jalousie vous êtes dans la souffrance en permanence, vous devenez mesquin envers les autres. A cause de la jalousie vous devenez faux car vous faites semblant. Vous prétendez avoir des choses que vous n'avez pas, que vous ne pouvez pas avoir, qui ne vous sont pas naturelles. Vous devenez de plus en plus artificiel, imitant les autres, entrant en compétition avec eux, que pouvez-vous faire d'autre ?
Si quelqu'un a quelque chose que vous n'avez pas et que vous ne pouvez pas vous le procurer de manière naturelle la seule solution pour vous est d'en acquérir une contrefaçon bon marché.

J'apprends que Jim et Nancy Smith ont passé du bon temps en Europe cet été. C'est tellement bien qu'un couple ait l'occasion de vraiment vivre cela. Ils sont allé partout et ont tout fait, Paris, Rome…vous pouvez citer des noms, ils l'ont vu, ils l'ont fait.
Mais c'était si embarrassant de revenir et de passer la douane. Vous savez comment sont les douaniers, ils fouillent dans toutes vos affaires personnelles. Ils ouvrirent un sac et en sortirent trois perruques, de la lingerie de soie, du parfum, du shampoing colorant… vraiment embarrassant et c'était seulement le sac de Jim !

Regardez dans votre sac et vous y trouverez plein de choses artificielles, fausses, factices…pourquoi ? Pourquoi ne pouvez-vous pas être naturel et spontané ? A cause de la jalousie. L'homme jaloux vit en enfer. Abandonnez la comparaison et la jalousie disparaît, la mesquinerie disparaît, la fausseté disparaît. Mais vous ne pourrez l'abandonner que si vous commencez à cultiver vos richesses intérieures il n'y a aucun autre moyen.
Grandissez, devenez un individu de plus en plus authentique. Aimez-vous et respectez-vous tel que Dieu vous a fait et les portes du paradis s'ouvriront aussitôt pour vous. Elles étaient déjà ouvertes mais vous ne les aviez seulement pas regardées.

Osho, Extrait de: The Book of Wisdom, Chapitre 27