Quantcast

Featured Books Life Love Laughter Une attitude devant la viePremière partie

Une attitude devant la viePremière partie

Osho,
Est-il important d'avoir une certaine attitude devant la vie?

La meilleure facon de passer à côté de la vie, c'est d'avoir une certaine attitude devant elle. Les attitudes proviennent du mental et la vie est au-delà du mental. Les attitudes sont nos créations, nos partis pris, nos inventions. La vie n'est pas une de nos inventions; au contraire, nous ne sommes que des rides sur la surface du lac de la vie.

Quelle attitude peut avoir une onde à la surface de l'océan à l'égard de l'océan? Quelle attitude peut adopter un brin d'herbe face à la terre, à la lune, au soleil, aux étoiles? Toutes les attitudes sont égoïstes, toutes les attitudes sont stupides.

La vie n'est pas une philosophie, pas un problème non plus; c'est un mystère.

Vous devez la vivre non pas selon un certain modèle, un certain conditionnement - ce que l'on vous en a dit - vous devez recommencer, repartir à zéro.

Chaque individu devrait penser qu'il est le premier être humain sur terre; il est Adam ou Ève. Alors vous pouvez vous ouvrir à des possibilités infinies. Alors vous serez vulnérable, disponible; et plus votre vulnérabilité et votre disponibilité seront grandes, plus il y aura de chances que vous rencontriez la vie.

Vos attitudes jouent le rôle de barrières: alors la vie ne vous atteint jamais telle qu'elle est - elle doit s'adapter à votre philosophie, à votre religion, à votre idéologie et, dans cette adaptation même, quelque chose meurt. Ce que vous en obtenez, c'est un cadavre; même si cela peut y ressembler, ce n'est pas la vie.

C'est ce que les gens ont fait depuis des siècles. Les Hindous adoptent l'attitude hindouiste, les musulmans, l'attitude musulmane et les communistes, l'attitude communiste. Mais rappelez-vous une vérité première, fondamentale: l'attitude ne vous permet pas d'entrer en contact avec la vie telle qu'elle est; elle la déforme, elle l'interprète.

Voici une ancienne légende grecque:
Un roi fanatique possédait un merveilleux et très précieux lit d'or, parsemé de milliers de diamants; chaque fois qu'il invitait quelqu'un au palais, il lui offrait le lit. Mais il avait un certain comportement : l'invité devait être ajusté au lit, si l'invité était un peu trop grand, alors le roi le raccourcissait à la longueur appropriée. Le lit était bien entendu si précieux qu'il ne pouvait être modifié, et c'est l'invité qui devait être réduit à ses dimensions - comme si le lit n'existait pas pour l'invité, mais l'invité pour le lit !

Il est très rare, quasi impossible, de trouver un homme exactement de la taille d'un lit déjà existant. L'individu moyen n'existe pas, rappelez-vous ; l'individu moyen est une invention et le lit avait été construit pour l'individu moyen. Le roi était un mathématicien ; la construction avait exigé beaucoup de calculs. Il avait fait mesurer tous les citoyens de la ville, puis avait divisé la grandeur totale par le nombre de citoyens ; il était arrivé à une moyenne précise. Or, dans la ville, il y avait des petits enfants, des jeunes, des gens âgés, des pygmées, des géants, mais la moyenne était tout autre chose. Dans toute la ville, pas une personne n'avait la grandeur moyenne. Je n'ai jamais rencontré l'individu moyen - l'individu moyen n'existe pas.

Donc, quiconque était invité était 'dans de beaux draps', Si la personne était plus petite que le lit, le roi faisait alors appel à des lutteurs qui l'étiraient à la dimension voulue. C'est ce qui doit avoir donné naissance au rolfing! Ida Rolf doit l'avoir appris de ce roi-là. Bien entendu, chaque invité mourait, mais ce n'était pas la faute du roi - il faisait tout cela avec les meilleures intentions du monde!

Si vous adoptez une certaine attitude devant la vie, vous laissez échapper la vie elle-même. La vie est vaste, elle ne peut être embrassée par aucun comportement ; il est impossible de l'enfermer dans une définition précise. Certes, votre attitude peut recouvrir un certain aspect, mais il ne s'agira que d'un aspect. Et le mental tend à présenter son point de vue comme le tout ; dès qu'un aspect est donné pour le tout, vous n'avez plus prise directement sur la vie. Vous vivrez alors enveloppé dans votre position, enfermé dans une sorte de cocon, et vous serez malheureux. Alors toutes vos soi-disant religions seront ravies, parce que c'est ce qu'elles vous ont enseigné depuis toujours : que la vie est souffrance.

 

Osho, extrait de : The Goose is out