Quantcast

Featured Books The Book of Women Personne ne veut être utilisé (2ème partie)

Personne ne veut être utilisé (2ème partie)

Personne ne veut être utilisé (2ème partie)

Et qui n'a pas envie d'être puissant ? À moins de comprendre que le pouvoir n'apporte que des souffrances, qu'il est destructeur, violent; à moins qu'en comprenant cela votre désir de pouvoir ne disparaisse, qui n'aimerait pas être puissant ? .

La femme ne garde sa puissance que lorsqu'elle reste perchée devant vous comme une carotte : à la fois jamais disponible et toujours disponible, si proche et si lointaine. Alors seulement, elle est puissante.

Si elle vous tombe de suite dans les bras, son pouvoir disparaît. Et une fois que vous avez exploité sa sexualité, une fois que vous l'avez utilisée, c'est fini, elle n'a plus de pouvoir sur vous. C'est pourquoi elle vous attire et reste pourtant distante. Elle vous attire, elle vous provoque, elle vous séduit et quand vous vous rapprochez, elle dit simplement : non !

C'est de la simple logique. Si elle dit oui, vous la réduisez à une machine; vous l'utilisez. Et personne ne veut être utilisé. C'est l'autre face de la même politique du pouvoir. Le pouvoir veut dire la capacité à se servir de l'autre; et quand quelqu'un se sert de vous, votre pouvoir disparaît, vous êtes réduits à l'impuissance.

Aucune femme ne veut donc être utilisée. Et c'est ce que vous avez fait tout au long des siècles. L'amour est devenu quelque chose de laid. Il devrait être la plus grande des splendeurs, mais il ne l'est pas - parce que l'homme a utilisé la femme et que la femme ne l'a pas admis, qu'elle a résisté, naturellement. Elle ne veut pas être reléguée au niveau d'un objet.

C'est pourquoi lorsque vous voyez des maris qui remuent la queue autour de leurs femmes, celles-ci, l'air supérieur, font semblant d'être au-dessus de toutes ces sottises. Les épouses ne cessent de prétendre que le sexe, ce vilain sexe, ne les intéresse pas. Cela les intéresse autant que vous, mais le problème, c'est qu'elles ne peuvent pas montrer l'intérêt qu'elles lui portent, sinon vous les réduisez aussitôt à l'impuissance, vous vous mettez à les utiliser.

Elles s'intéressent donc à n'importe quoi, à vous attirer et puis à vous dire non. C'est cela la joie du pouvoir : vous attirer - et vous êtes attirés presque comme si on vous tirait par des ficelles - et puis vous dire non pour vous réduire à un état d'impuissance absolue. Et vous remuez la queue comme un chien; alors la femme s'amuse. C'est une situation particulièrement déplaisante. Cela ne devrait pas être. C'est une situation déplaisante parce que l'amour a été réduit à une politique du pouvoir. Il faut changer cela.