Quantcast

Featured Books The Book of Women La peur de l'intimité (6ème partie)

La peur de l'intimité (6ème partie)

Les chrétiens ne vous racontent pas toute l'histoire. Ils la font commencer avec Adam et Ève - mais une Ève déjà réduite à l'état d'esclavage. Et depuis ce jour-là, la femme a vécu l'esclavage de mille façons. Financièrement, on ne lui a pas permis d'être indépendante. En matière d'instruction, on ne lui a pas permis d'être l'égale de l'homme, parce qu'alors elle aurait pu être indépendante financièrement. Quant à la religion, on ne lui a même pas permis de lire les livres sacrés ou d'écouter quelqu'un les lire.

Les ailes de la femme ont été coupées de bien des manières.

Mais le plus grand tort qu'on lui ait fait, c'est le mariage, car ni l'homme ni la femme ne sont monogames; psychologiquement, ils sont polygames. On a donc forcé toute leur psychologie à fonctionner contre leur propre nature. Et comme la femme était dépendante de l'homme, elle a dû essuyer toutes sortes d'affronts - parce que l'homme était le maître, c'était lui qui était le propriétaire, qui avait tout l'argent.

Pour satisfaire sa nature polygame, l'homme a créé les prostituées. Les prostituées sont une conséquence du mariage. Et cette institution hideuse qu'est la prostitution ne disparaîtra pas du monde tant que le mariage existera. Elle est son ombre - parce que l'homme ne veut pas être lié par une relation monogamique, et comme il est libre de ses mouvements, et qu'il a l'argent, l'instruction, et tout le pouvoir - il a donc inventé les prostituées.

Mais détruire une femme en en faisant une prostituée est le crime le plus répugnant que vous puissiez commettre.

Ce qui est étrange, c'est que toutes les religions sont contre la prostitution, alors qu'elles en sont la cause. Elles sont toutes pour le mariage, mais elles sont incapables de voir ce simple fait que la prostitution est précisément apparue avec le mariage.

A présent, le mouvement de libération des femmes essaie d'imiter toutes les stupidités que les hommes ont faites aux femmes. A Londres, à New York, à San Francisco, vous pouvez trouver des hommes qui se prostituent. C'est un phénomène nouveau. (1) Ce n'est pas une démarche révolutionnaire, c'est une démarche réactionnaire.

(1) Dans le milieu des années 80. (N.d.E.)