Quantcast

Osho Books I Have Loved Les Livres que j'ai aimés

Les Livres que j'ai aimés

Bien, soyez prêts à prendre vos notes.

Le monde aurait beaucoup perdu sans des personnes comme Devageet. Nous n'aurions rien su de Socrate si Platon n'avait pas pris de notes, ni sur Bouddha, ni sur Bodhidharma. Jésus, également, n'est connu qu'à travers les notes de ses disciples. On dit que Mahâvîra n'a jamais prononcé un seul mot et je sais pourquoi on dit cela. Ce n'est pas parce qu'il n'a jamais prononcé un mot mais parce qu'il n'a jamais communiqué directement avec les gens. Ce fut seulement à travers les notes de ses disciples.

Il n'y a aucun cas connu de personne illuminée qui ait écrit elle-même quelque chose. Comme vous le savez, pour moi, une personne illuminée n'est pas l'état ultime. C'est néanmoins un état transcendantal qui n'est ni illuminé ni non-illuminé. Maintenant, dans cet état de conscience c'est seulement à travers une communion intime ; je n'utilise pas le mot communication en connaissance de cause, mais communion, une sorte de fusion où le disciple devient seulement la main du maître.

Préparez vous donc à noter, parce que la dernière fois, bien qu'à contre cœur, j'étais sur le point de mentionner le nom du chanteur-poète de Geet Govind. D'une manière ou d'une autre j'ai réussi à ne pas le citer, j'ai fait semblant de l'avoir oublié, mais ça me pèse. Toute la journée je me suis senti concerné par Jaydeva, qui est le nom du chanteur poète de Geet Govind.

Pourquoi n'étais-je pas disposé à mentionner son nom ? Dans son intérêt, il n'était même pas prêt de l'illumination. J'ai mentionné Mikhail Naimy, l'auteur du Livre de Mirdad, j'ai mentionné Kahlil Gibran et beaucoup d'autres : Nietzsche, Dostoïevski, Walt Wihitman. Ils ne sont pas illuminés, mais très prés, juste au bord, une poussée et ils y auraient été, dans le temple. Ils se trouvent juste devant la porte, n'osant pas suffisamment pour frapper… et la porte n'est pas fermée. Ils peuvent pousser et elle s'ouvrira. Elle est déjà ouverte, elle a juste besoin d'une poussée, comme ils ont besoin d'une poussée. Désormais je mentionne leurs noms.

Mais Jaydeva n'est même pas prés du temple. C'est un miracle que Geet Govind lui ait été inspiré. Mais personne ne connaît les mystères de Dieu, et souvenez vous qu'il n'y a pas de Dieu, c'est seulement une façon de parler. Personne ne connaît les mystères de l'existence, son abondance. Parfois elle inonde le terrain aride, parfois elle arrose le sol fertile. C'est comme ça, on ne peut rien y faire.

Jaydeva est un terrain aride. Geet Govind cette merveilleuse poésie, la chanson de Dieu, est descendue sur lui. Il doit l'avoir chantée, l'avoir composée, sans savoir ce qu'il faisait. Je ne le vois pas prés du temple c'est pourquoi je n'étais pas prêt à mentionner son nom. Cela pourrait même le rendre plus égoïste. C'est pour cela que j'ai dit 'pour son bien', mais j'ai estimé que ce n'était pas la faute de ce pauvre homme, il est comme il est, et il a donné naissance à un merveilleux enfant et si j'ai cité l'enfant, laissez moi mentionner le nom du père, sinon les gens croiront que l'enfant est un bâtard. Le père peut avoir existé, mais pas l'enfant.

Je ressens un grand soulagement parce que j'en ai fini pour toujours avec Jaydeva. Mais il y a une queue à la porte. Vous ne savez pas dans quel embarras je suis. Je n'y avais pas pensé auparavant, parce que je ne suis pas un penseur et je ne réfléchis jamais avant de sauter. Je saute et je réfléchis après. C'est juste par hasard que j'ai mentionné dix beaux livres. Je n'imaginais pas que tant d'autres viendraient me titiller. Alors encore dix.

En premier… Les Fragments d'Héraclite.
J'aime cet homme. . Laissez moi mentionner, juste à propos, comme un note dans la marge, que je les aime tous mais que je ne les apprécie pas tous. J'en apprécie quelques uns, je n'en apprécie pas d'autres mais je les aime tous. Tout cela ne pose pas de question. J'aime Jaydeva comme j'aime Héraclite, mais j'apprécie aussi Héraclite.

Il y en a peu que je puisse mettre dans la même catégorie qu'Héraclite. En fait, même dire cela n'est pas vrai. Il n'y en a aucun. Maintenant je dis ce que j'ai vraiment toujours voulu dire. Il n'y en a aucun, je le répète qui puisse être mis dans la même catégorie qu'Héraclite. Il est loin devant, dangereusement éveillé, sans peur des conséquences de ce qu'il disait.

Il dit dans ces Les Fragments, à nouveau les notes d'un Devageet, un disciple…

Héraclite n'a pas écrit. Il doit y avoir quelque chose, une raison pour que ces gens n'écrivent pas, mais nous parlerons de cela un peu plus tard. Héraclite dit dans les Les Fragments: 'Vous ne pouvez pas entrer deux fois dans le même fleuve' et ensuite il dit : 'Non vous ne pouvez même pas entrer une seule fois dans le même fleuve…' C'est extrêmement beau et également vrai.

Tout change et change si vite qu'il n'y a pas moyen d'enter deux fois dans le même fleuve, vous ne pouvez même pas entrer une seule fois dans le même fleuve. Le fleuve coule constamment, il va, il va, il va vers l'océan, vers l'infini, pour disparaître dans l'inconnu.

Ce soir Héraclite est le premier sur ma liste.