Quantcast

Osho Books I Have Loved Les Livres que j'ai aimés

Les Livres que j'ai aimés

Le septième livre...
Une autre femme.
J'essaie encore d'équilibrer ce poids lourd bla-bla Blavatsky avec les autres. Elle était effectivement lourde, littéralement lourde, au moins cent cinquante kilos ! Une femme ! Elle aurait envoyé votre soi- disant Mohammed Ali au tapis en deux secondes. Elle aurait écrasé ce soi-disant superchampion sous ses pieds, à le faire disparaître. Cent cinquante kilos - une vraie femme ! Évidemment qu'elle ne put se trouver un amant - seulement des disciples. Évidemment, naturellement, vous ne pouvez aimer une femme pareille. Si elle vous y force, vous devez la suivre. Donc, pour faire l'équilibre avec Blavatsky, le septième livre : Les Chants de Sahajo.

Sahajo, une autre femme. Même son nom est poétique. Il signifie l'essence même de la spontanéité.

J'ai parlé déjà de Sahajo, aussi en hindi car l'anglais ne me permet pas d'être aussi poétique. Je ne vois pas beaucoup de poésie dans la langue anglaise, et ce que j'y vois, appelé poésie, semble si non poétique que je me demande pourquoi personne ne se révolte contre. Pourquoi n'y a-t-il personne pour rajeunir l'anglais, le rendre plus poétique ? L'anglais devient de plus en plus le langage du scientifique, du technicien, ou plutôt du technologiste. C'est si dommage. Espérons seulement que ce que j'ai dit sur Sahajo sera connu un jour du grand public.