Quantcast

Osho Books I Have Loved Les Livres que j'ai aimés

Les Livres que j'ai aimés

Ok. J’ai entendu vos cahiers de notes s’ouvrir. À présent, c’est mon heure, et mon heure ne se compose pas de soixante minutes. Cela peut être variable - soixante, soixante-dix, quatre-vingt, quatre-vingt-dix ou cent...ou au delà de cent. C’est mon heure, alors, de fait, elle doit être en cohérence avec moi, et non l’inverse.
Le post-scriptum continue :

Le premier nom aujourd’hui n’est pas connu en Occident : Maluka. C’est un des plus importants mystiques de l’Inde. Son nom complet est Malukdas, mais il se faisait appeler Maluka, comme si il était un enfant - et il en était vraiment un, pas seulement 'comme si'.

J’ai parlé de lui en Hindi, mais cela prendra beaucoup de temps avant qu’il ne soit traduit dans d’autres langues pour la simple raison que Maluka est si étrange, si mystérieux. Vous serez surpris que dans un pays comme l’Inde, qui est plein de commentateurs, de lettrés, de pandits, personne ne s’est donné la peine de faire des commentaires sur Maldukas parce que c’est si difficile. Il a du m’attendre. Je suis son premier commentateur, et qui sait, peut être le dernier.
Juste un exemple :

Ajgar karai na chakari panchhi karai na kam, das Maluka kahi gaye sab ke data Ram.

Maintenant je vais essayer de traduire. Ca ne sera pas exactement la même chose mais je n’en suis pas responsable. Le langage occidental est si pauvre qu’il ne peut contenir une telle richesse. Maluka dit : le serpent ne sort jamais pour aller travailler, et l’oiseau ne travaille jamais non plus. Et, dit Maluka, il n’y a, en fait, nul besoin de le faire puisque l’existence pourvoit à tout. Ce n’était pas un homme que Zorba aurait aimé. C’était un homme avec un brin de folie et beaucoup de méditation.

Il était si profondément ancré dans la méditation qu’il disait :

Mala japon na kar jibhya japon na Ram, sumiran mera Hari karain main paya bisram.

Il dit : je ne chante pas le nom de Dieu, je n’utilise pas non plus de chapelet pour faire des dévotions. Je ne fais pas de dévotions du tout - qui se soucie de choses aussi stupides ! Il continue : en fait, Dieu se souvient de mon nom, je n’ai aucun besoin de me souvenir de lui.... Est-ce que vous voyez ? Un brin de folie et beaucoup de méditation. Maldukas est un de ces hommes dont je peux dire sans hésitation qu’il est allé au delà de l’illumination. Il est devenu une image de la dixième carte des Dix Taureaux du Zen.