Quantcast

Osho Books I Have Loved Les Livres que j'ai aimés

Les Livres que j'ai aimés

Septième
Maintenant, à la fin de notre longue liste, je vous présente deux livres que je pense, vous devez déjà avoir savouré; Alice au pays des Merveilles de Lewis Carroll, et le huitième c'est : De l'autre côté du Miroir. Ces deux livres ne sont pas sérieux, c'est pourquoi je les aime. Les deux sont écrits pour des enfants, c'est pourquoi je les respecte tant. Tous les deux sont pleins de beauté, de splendeur, de mystère et ils foisonnent de petites paraboles qui peuvent être comprises à divers degrés. J'ai ai toujours aimé une parabole, celle-ci par exemple….

Alice vient voir le roi - ou peut-être était-ce la reine, qu'importe - et le roi demande à Alice : 'Avez-vous rencontré mon messager venant vers moi sur la route ?'
Alice de répondre : 'j'ai rencontré personne, monsieur.'
Le roi : 'alors il doit être arrivé ici maintenant.'
Alice ne pouvait pas en croire ses oreilles, mais juste par respect, éberluée, Alice restait silencieuse; très 'dame anglaise'.
Gudia, es-tu là ? Justement l'autre jour tu me demandais : 'Y a t'il toujours une 'dame anglaise' en moi, Osho ?' Juste un peu, rien de bien méchant - pas assez pour être inquiétant, et un peu, c'est bon.

Alice a du être une parfaite 'dame anglaise'. Par bienséance elle ne rigolait même pas. Elle avait dit qu'elle n'avait rencontré personne, or le roi pense qu'elle a rencontré quelqu'un appelé personne. Mon Dieu, il pense que personne est un homme, que personne est quelqu'un en chair et en os… !
De nouveau Alice demande : ' Monsieur, ne vous ais-je pas dit que j'ai rencontré personne ? Personne c'est personne !'
Le roi ri et dit : 'Oui, naturellement personne c'est personne, mais pourquoi n'est-il pas encore arrivé ?'

De si jolies petites paraboles dans ces deux livres, Alice au pays des Merveilles et De l'autre côté du Miroir. Et le fait le plus remarquable est de se rappeler que Lewis Carroll n'était pas son vrai nom… c'était un instituteur doublé d'un mathématicien; il a par conséquent utilisé un pseudonyme. Mais quelle calamité, le pseudonyme est devenue une réalité pour le monde entier et l'homme réel en a été complètement oublié. Il est étrange qu'un instituteur doublé d'un mathématicien puisse écrire d'aussi beaux livres.

Vous vous demanderez pourquoi j'inclus ces livres. Je les inclus parce que je veux dire au monde que pour moi, Jean-Paul Sartre avec L'être et le Néant et Lewis Carroll avec Alice au pays des Merveilles c'est du pareil au même et il importe peu. En fait, si je dois choisir entre les deux je choisirai le Alice au pays des Merveilles et je jetterai L'être et le Néant à l'océan, si loin dans l'océan Pacifique que personne ne le trouvera jamais. Pour moi ces deux petits livres ont une grande valeur spirituelle. Oui, je ne plaisante pas… je pense vraiment cela.