Quantcast

Osho Books I Have Loved Les Livres que j'ai aimés

Les Livres que j'ai aimés

C'est maintenant mon heure. Je ne pense pas que quiconque aie parlé tout en étant allongé dans le fauteuil d'un dentiste. Je me sens privilégié. Je vois des buddhas envieux de moi.
Le P.S. continue….

Le premier livre aujourd'hui : La destiné du mental par Haas. Je ne sais pas comment prononcer son nom ; h-a-a-s, je le prononce Haas. Le livre n'est pas très bien connu pour la simple raison qu'il est très profond. Je pense que ce camarade Haas doit être Allemand ; il a néanmoins produit un livre d'une immense importance. Ce n'est certes pas un poète, il écrit comme un mathématicien. C'est l'homme qui m'a donné le mot philosia.
Philosophie veut dire 'amour de la sagesse' ; philo est amour en grec, et sophia est sagesse. Mais cela ne peut pas s'appliquer à darshan, la façon orientale d'envisager le Tout. La philosophie est coriace.

Dans son livre La destiné du mental, Haas utilise, pour le mot darshan, non pas 'philosophie' mais le mot 'philosia'. Philo signifie bien toujours 'amour', par contre osia veut dire 'la vérité', le vrai, la vérité ultime - pas l'amour de la connaissance ou de la sagesse, mais l'amour de la vérité, qu'elle soit agréable ou désagréable, peut importe.

C'est l'un de ces livres qui a rapproché plus étroitement orient et occident - mais juste un peu plus près. Les livres ne peuvent faire davantage. Pour que la rencontre se fasse un homme est nécessaire, pas un livre, or Haas n'était pas cet homme.
Son livre est beau, mais lui-même est simplement ordinaire. Pour une vraie rencontre, un Bouddha, un Bodhidharma, un Jésus, un Mohamed ou un Baal Shem Tov* est nécessaire. En bref, la méditation est nécessaire, et je ne pense pas que cet homme Haas, ait jamais médité. Il a pu se concentrer - les Allemands en connaisse un rayon au sujet de la concentration, les camps de concentration. Grandiose ! J'ais animé des camps de méditation et ils ont animé des camps de concentration ! La concentration est allemande, méditation ne l'est pas. Oui, de temps à autre, même en Allemagne un méditateur se fait jour, mais ce n'est pas la règle, c'est seulement une exception, et l'exception prouve toujours la règle. Je connais Eckhart**, et je connais Böhme***….

* Rabbi Israël ben Eliezer, né en 1698 à Okop (Podolie) - mort le 22 mai 1760 à Medzhybizh, deviendra célèbre sous le nom de Baal Shem Tov (le Maître du Bon Nom)
** Maître Eckhart (né Eckhart von Hochheim en 1260 - 1327) est un dominicain, le premier des mystiques rhénans.
*** Jakob Böhme (né à Alt-Seidenberg en 1575, mort le 17 novembre 1624 à Görlitz) fut un théosophe illuminé allemand, un des principaux représentant du mysticisme moderne.